Gérer le temps de travail

Ne peut se faire sans prendre en compte l'environnement plus global auquel l'individu est confronté.

Les conditions de travail sont en effet déterminantes pour bien comprendre et mesurer l'impact du temps non travaillé sur son emploi du temps.

La routine est un excellent outil pour se mettre sur les bons rails en mode semi-automatique. Prenons un exemple concret, et comparons deux types de travailleurs : l'un est salarié, nous l’appellerons Pierre. L'autre est consultant libéral, nous le nommerons Paul. Voici leurs routines respectives. Elle sont bien entendu caricaturales pour la démonstration.

Tableau récapitulatif des routines de deux profils de travailleurs

Horodateur 7h00 - 8h00 8h00 - 9h00 9h00 - 10h00 10h - 11h 11h00 - 12h30
Pierre Lever, toilette et Petit-Déjeuner Trajet domicile - lieu de travail Salut aux collègues et début du service Café, Réunion Production
Paul Lever toilette et Petit-Déjeuner prise d'information, ménage / tâches quotidiennes Planning journée, relevé des emails, correspondance Production

Et pour le restant de la journée :

Horodateur 12h30 - 14h00 14h00 - 15h00 15h00 - 16h00 16h - 17h 17h00 - 18h30 18h30 - 19h30
Pierre Pause repas et correspondance mail Production Production Debriefing et planification Production Trajet lieu de travail - domicile
Paul Préparation du repas, repas et tâches ménagères Production Production Etat d'avancement et production Production préparation repas

Idées reçues sur la gestion du temps

Ce tableau montre bien qu'en général, les tâches "hors-travail" chronophages comme le temps de déplacement ou le temps de préparation de repas sont un leurre dans la pratique, puisque le travailleur non salarié qui ne vas pas passer de temps dans les bouchons ne l'aura pas gagné pour autant...

  • 1ère idée reçue : Paul gagne une heure car il n'a pas à se déplacer. FAUX ! Paul se lève plus tard en ayant ce raisonnement, mais il va prendre beaucoup plus de temps à se rendre opérationnel (toilette, habillage, petit-déjeuner) que Pierre qui est pressé par le temps pour se rendre à son bureau. Une organisation chronométrée permet de ne pas se laisser déborder par le quotidien !
  • 2ème idée reçue : On perd du temps à papoter entre collègues, prendre un café et assister aux réunions. FAUX ! Ces temps d'échanges informels font cruellement défaut au travailleur libéral qui va sans doute compenser par les réseaux, et risquer de déborder sur son temps de travail.
  • 3ème idée reçue : On est plus productif chez soi car on est peu soumis aux interrupteurs de temps. FAUX ! Même si les collègues ou les supérieurs ne sont pas là à nous demander des informations, des rapports ou des comptes, travailler chez soi comporte l'inconvénient majeur d'être confronté avec l'image de son foyer. Combien de personnes peuvent travailler sereinement alors que l'évier est encombré de vaisselle sale ou que le linge à laver déborde du panier ?

Les idées préconçues concernent principalement la vision biaisée du temps au domicile, qui mélange temps professionnel, temps social et familial, temps ménager et temps personnel. Nous y reviendrons très prochainement.

Nous venons de lever quelques a-priori sur la gestion du temps professionnel que nous allons disséquer plus précisément dans les articles à venir.

D'ici là, bonnes journées !