Donuts et barres de progression

Dans les métiers du web tout particulièrement, il est de plus en plus courant de trouver des CV dont le design et l'iconographie ne sont pas sans rappeler les interfaces des internets.

On trouve notamment :

  • Des étoiles
  • Des barres de progression
  • Des camemberts (ou donuts)
  • des puces (ou bullets)
Prenons un exemple en cherchant des cv sur le web avec "cv web nantes" on tombe par exemple dans les 3 premières pages de résultat de Google.fr, sur ce genre de discours de présentation :
axel-moriniere.me/a-savoir-moi/

SI JE DEVAIS PARLER DE MES COMPÉTENCES
SEO 100%
HTML/CSS 70%
SEA 90%
Gestion de Projet 70%
SEM / SMO 70%
Création de site web 80%

HTML/CSS 70%

PAO (Ps / Ai / In) 70%

Relation client 70%


Bon, déjà comment peut-on s'estimer à 100% d'un domaine, d'une compétence ?

Comment peut-on présenter 70% en HTML/CSS puis 80% en créa de site web ? Où sont passés les 10% de gain ? dans un langage de développement web comme le PHP, les bases de données ? Ou bien il faut prendre 10% des 70% attribués à PAO (par exemple, pour expliquer le design du site réalisé avec Photoshop ?) Ou bien encore, dans une autre ligne de compétence ne figurant pas ici, comme par exemple 10% en CMS (par exemple, le CMS WordPress utilisé pour le site en question ?)

Bref : rien ne fait vraiment sens, si ce n'est que le seuil minimum de "compétence" de cette personne est clairement fixé à 70% : en deçà, rien n'est indiqué.

Pour d'autres, la barre d'exigence est différente : on trouve parfois 2 étoiles sur 5 sur certains CV de candidats.

Le flou est plus entretenu sur certains profils qui affichent des barres de progression qui ressemblent à des slider de formulaires : on ne sait pas très bien comment estimer un remplissage lorsque la longueur totale de l’élément est de quelques dizaines de pixels à l'écran !

Que penser des affichages d'aides textuelles (comme les tooltips) qui utilisent une échelle allant jusqu'à "expert" ? (cf. l'image ci-dessous) Sur cet exemple, la personnalité en recherche active n'est rien d'autre qu'experte en 10 compétences (marketing et gestion de projet)... Que faut-il en penser ?

Comparer ces niveaux d'auto-évaluation avec l'expérience

Permet bien souvent de se forger une opinion sur la personnalité qui s'exprime derrière le CV.

Les termes "expert" ou "senior", employés dans un contexte en deçà de 5 ans d'expérience, sont dans l'immense majorité des cas la preuve d'une sur-évaluation, voire d'une supercherie tout court.

Sur l'exemple de barres de chargement suivant, on revient plus dans un contexte cohérent, avec une oscillation entre 30 et 85%. Mais, dommage, il n'y a pas d'indication sur ces chiffres : s'agit-il de pourcentages d'utilisation ? de maîtrise ?

Sur l'autre exemple ci-après, ce sont les dénominations qui peuvent laisser perplexe. Ainsi, que représentent les mots "display" (alors qu'on a déjà webmarketing et analytics), ou "formations" ?

Pourquoi regrouper AdWords et SEO qui sont certes complémentaires mais antagonistes ? quelle est la part de SEO dans cette barre de progression verte, et la part d'Adwords ?

Sur l'exemple "connaissances spécifiques / niveau", la première partie ne débute pas très bien en cette année 2017 : xHTML a été supplanté par HTML5 depuis quelques paires d'années.

Il y a également un mélange des genres : on présente des langages, mais aussi des logiciels (Dreamweaver et Flash ne nous rajeunissent pas et ne sont plus que rarement utilisés) tout comme des bonnes pratiques ou des librairies logicielles...

Dans cet autre exemple de compétences mises en infographies de différentes façons, on retrouve un donut, des barres de progression, des puces... Les compétences web sont assez clairement définies, même si les barres "réseaux sociaux" et "cms" ne donnent aucune indication sur la nature du remplissage : s'agit-il, pour le premier cas, d'une connaissance et d'une utilisation à 90% d'un réseau social ? ou bien d'une maîtrise des réseaux sociaux en général ? idem pour le (les) CMS ?

Le volet "compétences commerciales" peut poser question par rapport à l'utilisation de couleurs différentes. Non seulement le remplissage des puces de liste donne une indication (par exemple, 5/5 en relation client) mais les couleurs employées ont-elles également un sens ? pourquoi utiliser des couleurs différentes ? Comme c'est également ce qui a été fait dans le volet au dessus, on pourrait penser que c'est pour mettre un indicateur en avant. Pour moi ça serait ici le rouge "gestion de budget", mais qui n'est que de 4/5 par rapport aux autres indicateurs.

Bref : un peu perturbant car source de confusion.